! Potocki parmi les Voyageurs en Orient !
Jean POTOCKI (1761-1815)
Voyages en Turquie, Egypte, Hollande, Maroc
En 1784... en Turquie...
Fayard, 1980
! Voyageurs vers la Porte !

Aimée Dubuc de Riverie...Naksh-i-dil...


Barabara CHASE-RIBOUD , "La grande sultane", 1986
Toujours l'histoire de Naksh-i-dil, la Créole qui serait la mère de Mahmud II...
Albin Michel, 1987

Michel de GRECE, "La nuit du sérail", 1982
Aimée Dubuc de Riverie : de la Martinique au Harem d'Abdülhamid I ! Puis aimée de Selim III, mère réelle - ou adoptive - de Mahmud II et donc "Valide Sultan"...
Michel de Grèce, "La Bouboulina", 1993
La passionnaria (1771-1825) avec qui la Grèce chasse les Turcs et proclame son indépendance en 1822...

La Bouboulina

MOSAÏQUE OTTOMANE, LES REFORMES

Mustafa III : 1757-1774

Abdülhamit I : 1774-1789

Selim III : 1789-1807

vers mosaïque impériale : 1807 - 1876
! vers mosaïque impériale : 1807 - 1876 !

1805 : Napoléon et... III. Selim

Quand Napoléon prend sa plume le 10 pluviôse an XIII (30 janvier 1805) pour donner une leçon de géo-stratégie au "Grand Seigneur" et lui expliquer que son vrai ennemi est la Russie, son plus ancien et fidèle allié, la France et que le descendant des grands Ottomans doit réagir ou disparaître !

L'Histoire se charge souvent de donner des leçons... aux donneurs de leçons : en matière d'empire, les Ottomans, même si ce ne fut pas de manière forcément flamboyante, grattèrent un sursis d'un siècle supplémentaire !
! téléchargez la lettre en .pdf ! ! merci à books.google !
Selon Talleyrand, lors de "l'Expédition d'Egypte", les ambitions de Bonaparte étaient déjà nettement plus... précises :

1803 : le Premier Consul... et l'Empire ottoman...

Dans l'Exposé de la situation de la République dressé par Bonaparte, Premier Consul, le 1er Ventôse - (20 février 1803 ) :
" Un ambassadeur français est à Constantinople (le général Brune nommé en janvier 1803), chargé de resserrer et de fortifier les liens qui nous attachent à une puissance qui semble chanceler, mais qu'il est de notre intérêt de soutenir et de rasseoir sur ses fondemens. "

Républicain remuant - un peu brigand sur les bords, Naopélon le déteste et l'expédie à Istanbul où il ne parvient pas à rétablir l'alliance avec Selim III. Pas rancunier, Naopélon le fait maréchal à son retour en 1804 !
! portrait : merci à http://fr.wikipedia.org !
! pour le collier de légion d'honneur, merci à : www.napoleon.org !

1771 : Voltaire et... III. Mustafa

Quand Monsieur de Voltaire pour flatter sa chère Catherine II, se réjouit de voir :
"de l'empire ottoman la splendeur éclipsée,
sous l'aigle de Moscou sa force terrassée"


... et donne libre cours à une ironie, pour le moins caricaturante :
"Qu'un vieux sultan s'endorme avec ignominie
dans les bras de l'orgueil et d'un repos fatal,
ses bachas assoupis le serviront fort mal.
Mais Catherine veille au milieu des conquêtes
[...]
travaille jour et nuit, et daigne encor m'écrire;
tandis que Moustapha, caché dans son palais,
bâille, n'a rien à faire, et ne m'écrit jamais.
Si quelque chiaoux lui dit que sa hautesse
a perdu cent vaisseaux dans les mers de la Grèce,
que son vizir battu s'enfuit très à propos,
qu'on lui prend la Dacie, et Nimphée, et Colchos,
Colchos, où Mithridate expira sous Pompée;
de tous ces vains propos son âme est peu frappée;
jamais de Mithridate il n'entendit parler.
Il prend sa pipe, il fume ; et, pour se consoler,
il va dans son harem, où languit sa maîtresse,
fatiguer ses appas de sa molle faiblesse.
Son vieil eunuque noir, témoin de son transport,
lui dit qu'il est Hercule ; il le croit, et s'endort.
ô sagesse des dieux ! Je te crois très-profonde :
mais à quels plats tyrans as-tu livré le monde !
Achève, Catherine, et rends tes ennemis,
le grand turc, et les sots, éclairés et soumis.


Epitre 111, à l'impératrice de Russie, Catherine II, 1771

1795 : Bonaparte général auprès du Grand Seigneur ?

en 1795, à 26 ans, Napoléon encore simple général de brigade, s'égarerait-il dans quelque ambition orientale puisqu'il se voit suivre les traces de Bonneval et écrit de Paris, le 3 frnctidor an III (20 août 1795), à son frère Joseph : "Je suis attaché, dans ce moment-ci, au bureau topographique du Comité de salut public pour la direction des armées, à la place de Carnot. Si je demande, j'obtiendrai d'aller en Turquie comme général d'artillerie, envoyé par le Gouvernement pour organiser l'artillerie du Grand Seigneur, avec un bon traitement et un titre d'envoyé très-flatteur." Bon ! chez les Bonaparte, on a toujours eu le sens de la famille ! :"Je te ferai nommer consul, et ferai nommer Villeneufve ingénieur pour y aller avec moi.".../...
Déjà Napoléon a des visions géostratégiques déterminées ! Dans sa note du 13 frnctidor an III (30 août 1795), il explique au Comité de salut Public : "Dans un temps où l'impératrice de Russie a resserré les liens qui l'unissaient à l'Autriche, il est de l'intérêt de la France de faire tout ce qui dépend d'elle pour rendre plus redoutables les moyens militaires de la Turquie. Cette puissance a des milices nombreuses et braves, mais fort ignorantes sur les principes de l'art de la guerre. La formation et le service de l'artillerie,.../... est encore dans son enfance en Turquie. La Porte, qui l'a senti, a plusieurs fois demandé des officiers d'artillerie et du génie ; nous y eu avons effectivement quelques-uns dans ce moment-ci ; mais ils ne sont ni assez nombreux ni assez instruits. .../.... Le général Buonaparte, qui a acquis quelque réputation en commandant l'artillerie de nos armées .../..., s'offre pour passer en Turquie avec une mission du Gouvernement ; il mènera avec lui six ou sept officiers, dont chacun aura une connaissance particulière des sciences relatives à l'art de la guerre. S'il peut, dans cette nouvelle carrière, rendre les armées turques plus redoutables, et perfectionner la défense des places fortes de cet empire, il croira avoir rendu un service signalé à la patrie et avoir, à son retour, bien mérité d'elle.".
Mais Napoléon n'ira jamais auprès de la "Sublime Porte" car J. Debry, du dit Comité explique : " le Comité de salut public doit se refuser à éloigner, dans ce moment surtout, de la République, un officier aussi distingué."
 ! téléchargez la lettre en .pdf !