! pour retourner dans Mosaïque ottomane : après Soliman !
! pour retourner dans "Ambassadeurs français à La Porte au XVIè" !

Après La Vigne : Petremol, les Noailles, Grand-Ry, Germigny, les Savary...

Maître d'hôtel du Duc d'Alençon, greffier civil et criminel du baillage de Troyes, il est envoyé lors de l'ambassade de Jean Dolu dont il assure l'intérim lorsque celui-ci meurt de la peste en juillet 1561. Dans une lettre du 15 novembre 1564, il demande au roi son "congé et licence de Vostre Majesté, pour en quelque autre endroict m'employer en son service" et de choisir "un homme digne et suffisant pour vous y venir faire service" et "maintenir ou plustost rafermir ceste amitié [entre la France et la Porte] qui semble pour peu de chose aller en décadence". Il a beau dire qu'il n'est "pas las" de servir, on sent bien "qu'après avoir demeuré icy quatre ans", il en a assez !
Antoine de Petremol, seigneur de la Norroye (?- 1604)
 
Chambellan du Duc d'Alençon et huguenot. Envoyé en 1569 ou dès 1566 ? pour succéder à Pétremol de la Norroye. Il est révoqué en 1571. Il semble avoir eu de grosses difficultés à supporter les liens du mariage: ont-elles été accentuées par l'observation et peut-être même l'expérience qu'il put faire de la plus grande souplesse que permet le harem ottoman ? Déjà en 1560, pour son mariage, il n'arrive pas imposer à sa belle-famille un mariage à la huguenote... toujours est-il que le le prêtre catholique qui célèbre l'union est mystérieusement poignardé quelques jours après ! Après son retour de Constantinople, il abandonne son épouse et ses enfants maniant avec elle chaud et froid puisqu'il la menaçe de mort tout en pourvoyant à ses besoins, pour épouser une jeune fille, probablement une nièce de sa femme ! Quel démon l'a pris ? Bon ! sur son lit de mort, il reconnaît la validité du premier mariage et présente ses regrets...
Guillaume de Grand-Ry (Grantrye) , sieur de Grandchamp (? -1587)
 
Gilles  de Noailles (1524-1587)
Nommé en janvier 1574 par Charles IX, il succède à son frère, François de Noailles, qui comme lui était évêque de Dax : des affaires de famille en somme !
!  une lettre... royale  sur www.stratisc.org !
un article passionnant sur cette lettre... royale, par T. Sarmant et H. Marsat
Gilles  de Noailles (1524-1587)
Nommé en janvier 1574 par Charles IX, il succède à son frère, François de Noailles, qui comme lui était évêque de Dax : des affaires de famille en somme ! Henri III envoie le 27 avril 1575, une lettre "à son très cher et parfait ami" Mourad III pour lui présenter ses condoléances - Selim II a définitivement cessé de boire ! et lui-même succède à Henri II et en profite pour renouveler les lettres de créance de Gilles de Noailles
Henri III envoie le 27 avril 1575, une lettre pour présenter ses condoléances "à son très cher et parfait ami" Mourad III dont le père Selim II, a définitivement cessé de boire ! et que lui-même succède à Henri II ; il en profite pour renouveler les lettres de créance de Gilles de Noailles
A lire dans "La Revue des questions Historiques" de janvier 1883
! grâce à la BNF et www.gallica.fr !
"Mêlé aux affaires d'Orient" dès 1558, il est ambassadeur de 1579 à 1584, avec la lourde tache de succéder aux prestigieuses ambassades des "frères Noailles". En démérite-t-il pour autant ? J. de Hammer note que grâce à lui, Amurat III reste fidèle aux idées de tolérance religieuse que le France fait prévaloir à la Grande Porte depuis François 1er... puisqu'il renonce à transformer en mosquée quelques églises de Constantinople. Toujours est-il qu'Henri III, pas très satisfait, décide de le rappeler ; ce qu'en fait ne demande pas mieux, l'intéressé !
Jacques de Germigny, baron de Germoles (...-1586)
Entre 1585 & 1592, après Germigny, un ambassadeur sur qui pèse des soupçons de "trahison" de son roi et sa patrie ? Son propre cousin - neveu ? - François Savary, sieur de Brèves, qui était venu avec lui, avant de lui succéder, le fait emprisonner à Yedikule puis renvoyer en France où il meurt empoisonné ?

Il a écrit un livre sur le traité de "Chasteau-Cambresis" accompagné de "l'instruction et ambassade du sieur de Lancosme en Turquie, pour Henry III. Roy de France & de Pologne, en l'an M.D.LXXXV" avec cette note : "Extraict dun livre contenant l'Histoire des Turcs, dedans lequel le sieur de Lancosme avoit escrit de sa propre main ce qui suit : Jacques Savary, Seigneur de Lancosme, qui pour servir la Loy & Religion Catholique, & fidellement la Couronne de France, de laquelle il a esté sept ans Ambassadeur en Levant, est tombé au pouvoir des ennemis publics, & a supporté toutes sortes de peines & indignitez. Fait ce dernier Decembre 1592. Signé: Savary".
Jacques Savary de Lancosme (?-1591
Nommé en 1591 pour remplacer son cousin.Visiblement, une tout autre pointure ! Ancien ligueur - donc catholique - d'une grande énergie, il essaye de contrer l'influence de l'Angleterre - en violation des capitulations obtenues par la France, ele a maintenant un ambassadeur à Constantinople - et redonner la place que la France occupait près du Grand Turc, sous les premiers Valois ! Il y met tant d'ardeur qu'il se met à mal les Pachas du Sérail et qu'Henri IV doit le calmer -ce dernier pressent bien que la France n'a pas les moyens d'une politique aussi orgueilleuse - et lui enjoint même en mai 1599, l'ordre de rentrer : "...je veux que vous preniés congé de ce Seigneur, et que vous me veniés trouver incontinent la présente receue, sans toutefois rompre avec luy, ny avec aucuns de ses ministres."
Mais Savary de Brèves a du bien se défendre et les choses aussi, se calmer puisque finalement Henri IV lui écrit en novembre :" J'aime mieux que demeuriés encore à me servir par delà" et en mettant bien les points sur les " i", en mars 1600 : "Contentés vous seulement de vous accommoder et obéir à mes commandemens, lesquels je change selon les temps et les occasions, [...] pour le bien de mes affaires, desquelles je juge mieux de la conséquence, pour la cognoissance générale que j'ay d'icelles, que vous ne pouvé faire où vous estes..."
Finalement ce n'est qu'en 1603 qu'il est remplacé !
François Savary de Brèves (1560-1628)