! pour retourner dans Mosaïque ottomane : la splendeur !
! pour retourner dans "Ambassadeurs français à La Porte au XVIè" !

Après d'Aramon : Codignac, La Vigne

Michel ou Jean ? : il n'a jamais été identifié avec précision ! probablement sorti de l'entourage de La Garde, il est aussi "valet de chambre du Roi": ce n'est donc pas n'importe qui ! peut-être portait-il un autre nom ? Fin 1547, il est envoyé demander au Sultan de ne pas faire la paix avec l'Espagnol et retourne à Constantinople, l'année suivante. En 1553, il est dans la flotte de La Garde qui attaque l'Espagnol en Corse avec l'Ottoman.

Nommé pour remplacer d'Aramon en octobre 1553, il n'arrive à Constantinople qu'en mars 1554 pour partir tout de suite à la recherche du sultan qui guerroie en Asie Mineure ! Entre Asie Mineure et Balkans, il a l'air d'avoir vraiment la bougeotte : en juillet 1555, il monte même sur une galère turque et se retrouve en août en train d'attaquer Bastia ! Toutes ces aventures lui montent-elle à la tête ? En tout cas , une lutte féroce l'oppose à Jean-Jacques de Cambrai en poste à l'ambassade. Cambrai arrive à le faire emprisonné par les Turcs à Yedikule et affirme qu'il veut coiffer le Turban, car il a scandaleusement épousé à Pera, la fille - peut-être musulmane - de Marino Grimani, desposte de l'île de Sifanto. En portant de telles accusations, Cambrai se laisse-t-il dépasser par sa rancoeur professionnelle : depuis 1545, il n'a assuré que des interim sans jamais être officiellement nommé ambassadeur !


Ca fait un peu désordre : Cambrai est rappelé, Codignac destitué et remplacé par La Vigne en 1557, qui au début fait preuve de mansuétude envers son prédécesseur "pauvre homme, affolé par le manque d'argent"... et le laisse attendre à Andrinople les fonds nécessaires à son retour. Mais ça ne dure pas : La Vigne ne décolère pas du mal infini qu'il a eu à se débarasser de lui et des "5-6 mauvais garçons"qui devaient constituer son équipe. Effectivement, il a piteusement essayé de s'emparer de l'île de son beau-père ! menacé d'étranglement, il ne lui reste plus qu'à se cacher dans Péra. Sa réputation de "petit monstre" est définitive, entre autres, après le passage d'Hurault de Boistaillé à Constantinople. En 1558, rentrant avec la Vigne... vers Venise et voyant que ça sent le roussi pour lui, il préfère tisser des relations en Italie pour finalement proposer ses services au.... roi d'Espagne

Michel de Codignac (?-?)
En poste entre 1557 et 1558, ses courriers dénoncent le plus détestable caractère qu'il y ait jamais eu dans la diplomatie ? il couvre de récriminations tous ses collègues : avec raison son prédécesseur - Codignac - mais aussi Germigny - qui sera ambassadeur en 1579 - et qui déjà a la hardiesse de comploter contre lui en rencontrant directement le "bassa"5 ou 5 fois; ce Germigny, dit-il, il faut le mettre en galère et le faire pendre et étrangler pour exemple à la Cour...

Coléreux et... âpre au gain, ce la Vigne! car selon Brantome, "pauvre diable", quand il part en poste, il en retourna " riche de plus de soixante mill' Úcus, qui est beaucoup de ce temps lÓ, comm' aujourd'huy cent mille et des plus beaux meubles et des plus exquis qu'on eust sceu voir" ; même si le pauvre... n'en profita pas beaucoup puisque, de retour vers la France, il meurt en chemin, à Raguse en 1559 !
Jean de la Vigne (?-1559)